Menu navigation rapide :

  1. Aller au contenu
  2. Aller au menu rubriques principales
  3. Aller à la recherche
  4. Aller au menu aide
  5. Aller aux encarts
  6. Aller aux raccourcis clavier

Menu aide :

  1. Sanofi dans le monde |
     
  2. Nos sites internet |
     
  3. Sites Groupe |
     
  4. Aide |
  5. Plan du site |
  6. Contact
  1. Taille de la police

    Réduire la taille de la police Augmenter la taille de la police  
 
 

Votre santé

Contact

LOMAMA Eale

Directeur Médical
Tel : +212 5 22 66 91 95
Fax : +212 5 22 66 20 39

Contenu :

Les maladies cardiovasculaires

Les maladies cardiovasculaires figurent parmi les principales causes de décès et d’invalidité dans le monde : chaque année, plus de 17 millions de personnes décèdent des suites de maladies cardiovasculaires.

 

La consommation de tabac, l’élévation du taux de cholestérol, le diabète, le stress, la sédentarité ou encore le vieillissement de la population sont autant de facteurs favorisants.

Tous les ans dans le monde, on recense 10 millions d’infarctus, principalement chez les hommes.  Cinq à dix ans après la ménopause, les femmes ont le même risque d’en être victimes que les hommes. Les maladies cardiovasculaires sont la cause majeure de handicap et de mort prématurée, tout particulièrement chez les hommes.

Depuis trente ans, les progrès réalisés grâce à une meilleure hygiène de vie et à la prescription de traitements préventifs permettent de réduire ces facteurs de risque et la morbi-mortalité.
Si les pays développés sont les plus touchés, on observe aujourd’hui une tendance à la convergence liée aux changements des modes de vie sur la planète.

Au Maroc, les maladies cardiovasculaires prennent de plus en plus d’ampleur. Les facteurs à risque comme le tabagisme, le diabète, la sédentarité, l’obésité, le cholestérol et l’hérédité constituent les véritables ennemis du cœur car ils entraînent le vieillissement artériel et favorisent le dépôt de graisse sur les vaisseaux. Près de 33% de marocains souffrent d’Hypertension Artérielle (source : Société Marocaine de Cardiologie).

Nos réponses aujourd’hui :

Dans le domaine cardiovasculaire, Sanofi met à la disposition des patients une très large gamme de médicaments :

  • Aprovel® (irbésartan) : 
    antagoniste des récepteurs à l’Angiotensine II (ARA-II), il est utilisé dans le traitement de l’hypertension artérielle et ses effets de protection rénale sont démontrés.
  • CoAprovel® (irbésartan et hydrochlorothiazide) : 
    en complément d’Aprovel®, Sanofi commercialise CoAprovel®, une association à doses fixes d’un antagoniste des récepteurs de l’Angiotensine II (Irbesartan) et d’un thiazidique, qui augmente l’excrétion d’eau par les reins et procure un effet antihypertenseur supplémentaire.
  • Triatec®
    inhibiteur de l’enzyme de conversion de l’angiotensine (IEC) indiqué dans le traitement de l’hypertension artérielle, la maladie vasculaire avec athérosclerose établie, la néphropathie glomérulaire, l’insuffisance cardiaque et l’insuffisance cardiaque suite à un infarctus du myocarde.
  • Lasilix® (furosémide) :
    appartient à la classe des diurétiques.
  • Cordarone® (amiodarone) : 
    antiarythmique.
  • Tildiem® (diltazem) : 
    permet à la fois de traiter l’angor et l’hypertension artérielle.

Nos réponses de demain :

Sanofi poursuit ses efforts de développement, dans le domaine cardiovasculaire, notamment dans les troubles du rythme cardiaque, un de ses domaines d’excellence, et mettra prochainement à la disposition des patients de nouveaux médicaments performants :

  • Dronédarone
    est un nouvel antiarythmique destiné à la prévention de la fibrillation auriculaire. Les études de phase III EURIDIS et ADONIS ont montré la bonne efficacité et l’innocuité de la dronédarone utilisée comme antiarythmique. L’étude ERATO a, quant à elle, montré le bénéfice d’un traitement par la dronedarone dans le maintient de la fréquence ventriculaire. Les résultats de l’étude Athéna ont montré un risque d’hospitalisation d’origine cardiovasculaire ou de décés chez les patients atteints de fibrillation auriculaire ou de flutter auriculaire.
  • Celivarone
    L’étude de Phase IIb MAIA, menée sur 673 patients souffrant de fibrillation auriculaire, a évalué l’effet de plusieurs doses de celivarone dans la maintenance du rythme sinusal. Cette étude a montré une tendance à la réduction des récidives de fibrillation auriculaire à la dose de 50mg/jour par rapport au placébo. Elle a également permis de démontrer le bon profil de tolérance du produit à tous les niveaux de dose. Une nouvelle étude est en préparation pour évaluer des doses plus faibles.
  • XRP0038
    est une thérapie génique injectable utilisant un ADN plasmidique non viral (NV1FGF : non-viral fibroblast growth factor 1) dans le but de stimuler l’angiogénèse dans l’artériopathie oblitérante des membres inférieurs. Les résultats encourageants obtenus lors de la Phase IIb chez les patients souffrant d’une ischémie critique des membres inférieurs ont été présentés lors du congrès annuel de l’American College of Cardiology à Atlanta (Géorgie, États-Unis). Dans cette étude, le recours à l’amputation a pu être retardé de manière statistiquement significative dans le groupe traité par XRP0038 par comparaison au groupe placebo.
  • Ilepatril :
    est un inhibiteur oral des vasopeptidases doté de puissantes propriétés antihypertensives. Ses indications prévues sont le traitement de l’hypertension et des néphropathies diabétiques. 
  • SL650472
    est un antagoniste 5-HT1b/5-HT2a développé dans la maladie artérielle périphérique.

Mise à jour : 28 Octobre 2008