Système nerveux central


2 ecolières

Système Nerveux Central

Les troubles du système nerveux central (SNC) touchent des millions de personnes dans le monde et ont des conséquences sur la qualité de vie et l’activité professionnelle des patients. Leur nombre ne cesse d’augmenter avec l’allongement de la durée de vie. Sanofi dispose dans ce domaine de traitements de référence.

Les troubles du système nerveux central

Les troubles du système nerveux central (SNC) touchent des millions de personnes dans le monde et ont des conséquences sur la qualité de vie et l’activité professionnelle des patients. Leur nombre ne cesse d’augmenter avec l’allongement de la durée de vie.

Les pathologies soignées par Sanofi concernent :

  • L’insomnie
    L’insomnie est de loin le trouble du sommeil le plus fréquent .Troubles de l’humeur, de l’attention, de la vigilance et de la mémoire, problèmes de concentration, les conséquences de l’insomnie sont nombreuses et ont un retentissement sur la qualité de vie quotidienne des personnes insomniaques
  • L’Epilepsie
    Maladie neurologique chronique fréquente, l’épilepsie affecte environ 1% de la population mondiale, en particulier les enfants de moins de 10 ans et les personnes de plus de 65 ans. L’épilepsie se caractérise par la répétition de crises spontanées (convulsions) résultant d’une décharge électrique excessive de groupes de neurones. Les progrès en génétique et les nouvelles techniques d’imagerie cérébrale fonctionnelle ont permis d’améliorer la compréhension de cette maladie. Aujourd’hui, on peut ainsi maîtriser les crises d’épilepsie dans 70 à 80% des nouveaux cas diagnostiqués
  • Sclérose en plaques
    https://www.sanofi.com/fr/nous-connaitre/solutions-de-sante/sclerose-en-plaques
  • Dépression/Anxiété
    La dépression est un trouble mental caractérisé par une tristesse de l'humeur. En général, elle s’accompagne d’une faible estime de soi et d’une perte de plaisir ou d’intérêt pour les activités normalement agréables. Les troubles du sommeil ou de l’appétit, la fatigue, les pensées négatives, voire les intentions suicidaires, l’anxiété ou l’angoisse sont autant de signes qui peuvent survenir lors d’une dépression.

    L'anxiété est un état psychologique et physiologique qui se caractérise par des éléments somatiques, comportementaux, cognitifs et émotionnels. Elle peut générer des sentiments de peur, de crainte, de difficulté et d’inquiétude, que cela soit dû à un stress psychologique ou non. L'intensité et le raisonnement liés à l'anxiété déterminent s'il s'agit d'une réaction normale ou excessive, provoquant un trouble de l'anxiété.
  • Schizophrénie
    La schizophrénie est une maladie mentale qui se développe en général chez le jeune adulte. Elle se caractérise par une difficulté à partager une interprétation du réel avec les autres. En conséquence, cela provoque des comportements et discours étranges, voire délirants.
    Nos solutions thérapeutiques dans le traitement des maladies du système nerveux central

Agir ensemble pour la santé mentale

Plus de 450 millions de personnes dans le monde souffrent de troubles mentaux. Dans les pays en développement, 80% d’entre elles ne sont pas soignées. Une mauvaise compréhension de ces maladies, la formation insuffisante des professionnels de santé, la mauvaise accessibilité aux médicaments constituent un frein majeur à l’accès aux soins.
La méconnaissance des symptômes, associée à certaines croyances, contribue à une stigmatisation des patients. La discrimination dont sont victimes les patients et leur famille les dissuade d’avoir recours à des services de soins spécialisés. Ils sont maintenus en marge de la société, rejetés et souvent exclus.

Chiffres clés

  • Plus de 450 millions dans le monde souffrent de troubles mentaux(1).
  • Les troubles mentaux représentent la 2e cause de morbi-mortalité dans les pays en développement(2).
  • Environ 80% des personnes atteintes de troubles mentaux sévères dans ces pays ne reçoivent aucun traitement(3).
  • Quatre troubles mentaux figurent parmi les dix premières causes d’incapacité : les épisodes dépressifs majeurs, les troubles liés à l’alcool, la schizophrénie et les troubles bipolaires(4).
  • Près d’un million de personnes se suicident chaque année dans le monde, dont 86% dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire₅.
  • Le suicide est la 3e cause de mortalité des jeunes de moins de 25 ans(5).
  • Dans les pays à faible revenu, on compte en moyenne 1 psychiatre pour 2 millions
  • d’habitants et moins d’1 infirmier pour 200 000 habitants, soit respectivement 170 et 70 fois moins que dans les pays à revenu élevé(6).
Visuel santé mentale

La santé mentale au Maroc : l’engagement de Sanofi


Références

(1)OMS. Centre des medias, La santé mentale: renforcer notre action, Aide-mémoire N °220, septembre 2010 http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs220/fr, consulté le 10 octobre 2013
(2)Anderson Gerard F. et al E xpanding priorities – confronting chronic disease in countries with low income. New England Journal of Medicine, 2007, 356:209-211.
(3)OMS. 66ème Assemblée mondiale de la santé. Projet de plan d’action global pour la santé mentale 2013-2020. A66/10Rev.1, 16 mai 2013
(4)OMS. Rapport sur la santé dans le monde, 2001. La santé mentale : nouvelle conception, nouveaux espoirs http://www.who.int/whr/2001/en/whr01_fr.pdf
(5)OMS. http://www.emro.who.int/health-topics/suicide/ consulté le 10 octobre 2013
(6)OMS. Santé mentale Faits et chiffres, Santé mentale : un état de bien-être http://www.who.int/features/factfiles/mental_health/mental_health_facts/fr/index7.html, consulté le 10 octobre 2013

INFORMATION SUR LE VALPROATE DE SODIUM (DEPAKINE,DEPAMIDE, DEPAKOTE)

Nous sommes conscients des situations difficiles auxquelles sont confrontées les familles dont les enfants présentent des troubles qui pourraient être en lien avec la prise d’un traitement antiépileptique par leur mère.
La santé des patients est la première préoccupation de Sanofi. Prévenir et traiter les maladies dont souffrent les patients, sont au cœur de notre mission.

Le valproate de sodium a été mis à disposition des médecins pour traiter les patients épileptiques à la fin des années 60. Il était et reste encore aujourd’hui l’un des traitements les plus efficaces dans l’épilepsie, une maladie grave et complexe pouvant mettre en jeu le pronostic vital du patient. Pour certaines patientes, ce traitement est parfois le seul efficace, faute d’alternative thérapeutique possible. C’est la raison pour laquelle la plupart des autorités de santé dans le monde ne le contre-indiquent pas dans l’épilepsie chez la femme en âge de procréer, ni chez la femme enceinte.

Rappelons que la prise en charge de l’épilepsie chez une femme enceinte ou en âge de procréer est une question particulièrement délicate et complexe à laquelle sont confrontés les médecins et plus largement les professionnels de santé. En effet, l’interruption brutale d’un traitement antiépileptique peut entraîner le retour de crises épileptiques susceptibles de mettre en jeu la vie de la patiente (risque de mort subite), voire être préjudiciable au développement du fœtus. Le choix d’un traitement antiépileptique doit être évalué par le médecin au cas par cas en tenant compte du type d’épilepsie et des bénéfices et des risques des traitements disponibles.

Dans la prise en charge des patients, de multiples acteurs de santé sont concernés. Notre double rôle, en tant que laboratoire pharmaceutique, est :
  • de mettre des médicaments à disposition des patients,
  • de fournir tant aux professionnels de santé qu’aux patients, des documents d’information en adéquation avec l’état des connaissances scientifiques.
Au fur et à mesure de l’évolution des connaissances scientifiques sur les risques liés à l’utilisation du valproate de sodium, notamment pendant la grossesse, Sanofi a fait preuve d’une totale transparence vis-à-vis des autorités de santé et a été à l’initiative de l’actualisation de l’information médicale destinée aux médecins et aux patient(e)s.
Sanofi a systématiquement rappelé aux patientes, via la notice, qu’elles devaient consulter leur médecin prescripteur en cas de grossesse ou de désir de grossesse.

Dès le début des années 1980, nous avons ainsi informé sur le risque de malformations du fœtus. Et, dès le début des années 2000, sur la base des nouvelles données scientifiques disponibles, nous avons alerté à plusieurs reprises les autorités de santé sur les risques de retards neuro-développementaux chez les enfants exposés in utero au valproate de sodium et en conséquence sollicité des modifications des documents d’information.

Il faut rappeler que les entreprises du médicament ne peuvent pas décider unilatéralement de changer les documents d’information relatifs à leurs médicaments sans l’aval des autorités de santé de chaque pays où le produit est commercialisé. 
 Dans le cadre de ses obligations de pharmacovigilance, Sanofi continue d’actualiser, au fur et à mesure de l’évolution des connaissances scientifiques et sous le contrôle des autorités de santé, l’information sur ses médicaments, destinée tant aux professionnels de santé qu’aux patients.

Actualités